RoyeR Cosmétique & Maison Royer

Étude des propriétés de la bave d’escargot Royer Cosmétique sur des kératinocytes humains en culture

Etude des propriétés de la bave d’escargot sur culture cellulaire – méthodes
- Technologie HCS Pharma: criblage phénotypique cellulaire à haut débit sur milieu propriétaire. (Environnement “naturel”) couplé à une technique performante d’analyse d’image.
- Analyse multiplex sur kératinocytes en culture permettant d’étudier les propriétés pharmacologiques sur 8 tests in vitro.

Les hélices, ou escargots ont été très utilisés en médecine depuis l’Antiquité.

De nombreuses propriétés biologiques leur ont été attribuées et ont fait l’objet de travaux scientifiques et de communication portant sur leur intérêt thérapeutique potentiel. L’entreprise Royer dispose d’un savoir-faire unique et d’une expertise de plus de trente ans dans la production d’escargots, ce qui lui permet aujourd’hui de produire une bave de grande qualité, riche en protéines, aux propriétés dermatologiques démontrées.

Un savoir-faire et une expertise dans l’Héliciculture depuis plus de 30 ans.

L’entreprise a sélectionné pour son élevage l’Helix Aspersa Maxima, plus communément appelé « Gros gris ». Installée en Vendée, elle en produit 2 millions chaque année dans le cadre d’une production biologique, certifiée AB. Les escargots sont tous élevés en plein air, nourris naturellement et récoltés à la main.

Un mode d’extraction respectueux de l’animal et unique au monde.

Royer a développé, en partenariat avec Ecocert, un procédé d’extraction unique au monde et respectueux du bien-être animal. La sécrétion est obtenue par stimulation de la glande du mucus pendant 30 secondes par le biais de milliers de pinceaux. Ce process permet en une journée de récolter 140 litres de bave, sans soumettre l’animal au moindre stress. La bave ainsi récoltée est ensuite filtrée ; on y ajoute un conservateur bio ; elle est ensuite utilisée sous cette forme, fraîche et non diluée, dans la composition des cosmétiques. Ce procédé permet une concentration optimale en bave dans la composition des produits cosmétiques, facteur essentiel, car l’étude montre que les nombreuses propriétés dermo-cosmétiques de la bave sont pertinentes uniquement si la concentration de bave est importante.

Une étude scientifique innovante permettant d’objectiver les effets pharmacologiques de la bave d’escargots Royer.

Dans une première étape l’analyse des composants de la bave a été réalisée, faisant ressortir une forte concentration en acide glycolique et en collagène, de même que la présence de diverses vitamines et en particulier celles à fort pouvoir anti oxydant (vitamines D, E). De manière à apporter des données scientifiques illustrant les propriétés pharmacologiques de la bave, une étude a été conduite sur des cultures cellulaires. L’objectif de cette étude était d’étudier les propriétés anti oxydantes, anti-peroxydation lipidique, anti-inflammatoires, les propriétés hydratantes, et cicatrisantes de la bave d’escargot obtenue selon le procédé ROYER. Ces effets ont été étudiés sur des kératinocytes humains primaires en culture, à l’aide de tests in vitro réalisés conjointement sur la même plaque selon une technologie propriétaire développée par la société HCS Pharma de criblage phénotypique cellulaire à haut débit couplé à une technique performante d’analyse d’image.

Des résultats convaincants supportant les applications de cosmétologie.

L’analyse multiplex sur kératinocytes en culture a permis d’étudier et de mettre en évidence les propriétés pharmacologiques sur différents tests in vitro sous-tendant les principaux effets observés avec la bave en cosmétologie.

Dans la phase de préparation de l’étude :

  • La bave d’escargot sans conservateur a induit une mortalité cellulaire sur les kératinocytes avec une concentration entre 30% et 3.75% (v/v).
  • La bave d’escargot avec conservateurs n’a pas induit de mortalité cellulaire, mais a semblé réduire la prolifération entre 30 et 15% (v/v).

Pour la suite des expérimentations :

  • La bave d’escargot avec conservateurs uniquement a été testée, à raison de 4 concentrations : 60; 30; 15 et 7,5% (v/v)

L’étude a ensuite consisté à étudier les effets de la bave sur différents paramètres représentatifs des effets observés en cosmétologie.





Première expérience

La première expérience a consisté à étudier les effets de la bave sur le stress oxydatif des cellules. Dans cette expérience, la bave d’escargot (+ conservateurs) a permis de contrer l’effet pro-oxydatif de la ménadione au niveau du taux d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) dans les kératinocytes humains primaires, selon un effet dose-réponse. L’effet observé était supérieur à celui de la NAC (molécule de référence anti-oxydante, testée à 10 mM) aux concentrations de 30 et 60%. La bave d’escargot (+ conservateurs) semble avoir également contré l’effet du cumene au niveau de la péroxydation lipidique dans les kératinocytes humains primaires, à la seule concentration de 60%. D’après les résultats obtenus en termes de contenu cellulaire en ROS.

La bave d’escargot avec conservateurs présente bien un potentiel anti-oxydant.

Deuxième expérience

La deuxième étape, le potentiel anti génotoxicité de la bave a été étudié à l’aide d’un test a la camptothécine dans lequel on observe que la bave a bien induit une augmentation (doublement) du nombre de cellules présentant un marquage nucléaire de γH2AX, et un test utilisant Le nicotinamide dans lequel on observe que la bave en a bien réduit l’effet pro-génotoxique (réduction du taux de cellules avec un marquage nucléaire de γH2AX dès 15%, et de manière significative à la concentration de 30%).

Démontrant ainsi l’effet protecteur anti- génotoxique de la bave d’escargot Royer


Troisème expérience

Un troisième test a consisté à étudier l’effet anti inflammatoire de La bave d’escargot. Dans cette expérience il a été montré que la bave (+ conservateurs) à 15 et 30% a permis de contrer l’effet pro-inflammatoire de l’IL-1β, d’après l’immunomarquage de NF-kB au niveau des noyaux dans les kératinocytes humains primaires prouvant que :

La bave présente bien un potentiel anti inflammatoire


Quatrième expérience

La quatrième expérience a étudié l’effet de la bave d’escargot sur l’hydratation en observant l’effet de la bave au niveau cellulaire sur l’expression de l’aquaporine 3 (AQP3). Dans ce test La bave d’escargot avec conservateurs n’a pas augmenté l’expression de l’aquaporine 3 au niveau des kératinocytes humains primaires, mais même si la bave d’escargot n’a pas montré d’effet sur l’expression d’AQP3 directement, on ne peut pas conclure définitivement sur son effet sur l’hydratation de la peau via d’autres mécanismes.


Cinquième expérience

La cinquième expérimentation a étudié l’effet cicatrisant de la bave d’escargot (+ conservateurs). Dans ce test, la bave n’a pas induit d’augmentation du taux de cicatrisation, d’après le comblement de la griffure observé suite au marquage des noyaux des kératinocytes humains primaires. La question posée est de savoir quels seraient les effets observés sur une culture de fibroblastes, cellules qui sont les acteurs majeurs de la cicatrisation de la peau plutôt que les kératinocytes eux-mêmes, qui pourront faire l’objet de travaux ultérieurs.


Conclusion

En conclusion, Selon les données obtenues sur cultures cellulaires in vitro, la bave d’escargot produite selon le procédé Royer a montré des effets anti-oxydatifs, ainsi que de potentiels effets anti-inflammatoires et anti-génotoxiques.

Ces données démontrent de manière scientifique les propriétés pharmacologiques de la bave.

Elles sous-tendent les effets bénéfiques observés en usage cosmétologique, en particulier les effets d’élasticité, de tonicité, et de douceur au niveau de la peau.

Elles supportent également l’effet anti-âge et le pouvoir protecteur contre les agressions (toxiques, UV, chimiques...).

Les travaux mettent en évidence l’impact potentiel de la qualité de la bave, sa concentration, et ses effets sur différents types cellulaires.

Ces données justifient également le développement du produit dans d’autres applications de cosmétologie .

appeler Maison Royer
Service Client 02 51 92 04 25